STANDS DE LIVRES ET ZINES ET +

Librairie Transit

La librairie Transit est une librairie associative marseillaise, basée au 51 boulevard de la Libération, dont l’identité « éditoriale » repose essentiellement sur son fonds, sa programmation, ses rencontres et son « nomadisme ». 

À la librairie Transit vous trouverez des livres mais aussi un lieu de rencontres, de projections, de réunions, de passage, de découvertes.

Nous organisons régulièrement rencontres et débats en essayant de couvrir tous les champs de la pensée critique (économie politique, féminismes, travail et syndicalisme, solidarité internationale, écologie, antifascisme, histoire du mouvement ouvrier, etc.)

 

Le but est de mettre en avant les auteur·es, chercheur·ses, écrivain·es et poètes, les éditeur·ices indépendant·es qui travaillent pour une promotion de la pensée critique, radicale, et qui ne se cantonnent pas à l’Europe ou aux États-Unis

Parallèlement, il nous tient à cœur de continuer à être présent·es hors des murs de la librairie, que ce soit à Marseille ou dans le département des Bouches-du-Rhône pour être aux côtés de ceux qui résistent : chercheur·ses, artistes, militant·es associatif·ves, politiques et syndicalistes, salarié·es en lutte…

Pour que change l’ordre du monde, il faut que puissent se développer et se diffuser pensées et réflexions critiques.

transit-librairie.org

Transitlibrairie | facebook

Transitlibrairie | instagram


Revue Panthère Première

Panthère Première, c’est une revue indépendante de critique sociale qui a lancé son premier numéro en septembre 2017 : une publication de cent pages, semestrielle, distribuée en librairies et dans les lieux « amis » (collectifs, militants, festivals…) dont le titre se fait l’écho de la langue vulgaire dont parle Dante, une langue parlée, locale, vernaculaire, qui échappe aux tentatives de fixation.

 

Panthère Première, c’est une revue publiant des textes (enquêtes, réflexions, récits, poésie) et des images qui interrogent l’existence d’une « sphère privée » et d’une « sphère publique », partant du principe que les phénomènes politiques sont traversants et qu’ils ne s’arrêtent donc pas aux portes d’une catégorie. Les enquêtes et papiers publiés dans Panthère Première se situent donc à l’intersection entre ce qui est renvoyé à l’intime (famille, enfance, habitat, corps, maladie, sexualités…) et les phénomènes qui cherchent à faire système (État, industrie, travail, colonialisme, rapports de genre…). Si l’on regarde bien dans ces entrecroisements, si l’on regarde dans le détail, beaucoup d’aspects sont entièrement laissés de côté par la critique ou l’analyse, ou difficilement regardés comme des objets politiques du fait de leur relégation, bien arrangeante somme toute, dans les tréfonds de l’intime (on peut citer en exemple la violence conjugale ou les maladies professionnelles).

pantherepremiere.org 

pantherepremiere | facebook

PPlaRevue | twitter

contactez-nous

Votre navigateur internet n’est pas compatible avec notre site.